Archives par étiquette : Google

Référencement sur Magento

Magento est un excellent CMS dédié au e-commerce, avec une tonne de possibilités qui sont parfois hallucinantes.

On préférera souvent des scripts de boutiques en ligne à Magento, car Magento, c’est gourmand en ressources et c’est fait pour créer d’immenses boutiques, sinon il peut être difficile d’exploiter ses nombreux avantages.

J’aurai plusieurs occasions de revenir sur Magento à l’avenir, je commence tout juste à m’en servir. Le but de cet article était plutôt de diffuser un lien vers un article très intéressant de Yoast, un guide pour référencer Magento, chose qui ne me semble plus aussi ardue qu’à prime abord (beaucoup disent de Magento qu’il n’est pas très SEO mais on peut très bien s’en sortir).

Bonne lecture!

URL Rewriting pour EasyPHP et Apache2

Le URL Rewriting (en français : réécriture d’URL) permet à un site Web dynamique d’avoir des adresses URL "propres" et pertinentes.

Dans cet article, nous allons voir à quoi sert la réécriture d’URL, et comment la mettre en place sur son serveur apache.


Pourquoi la réécriture d’URL?

Normalement, une adresse URL d’un site dynamique ressemble en vérité à ceci :


http://blog5643.com/index.php?section=1&cat=5&article=12&p=2

Mais si nous dictons une règle de réécriture au serveur, cette URL pourrait être interprétée de la même façon :


http://blog5643.com/1-Technologie/5-Web/12-Comment-faire-son-propre-blog/page-2

La réécriture d’URL est pas mal du tout pour obtenir un meilleur référencement auprès de notre ami Google. Si vous souhaitez faire de la réécriture d’URL sur votre serveur local à la maison, il vous faudra probablement activer le module de réécriture d’URL (nommé mod_rewrite) d’Apache. Ce n’est pas une procédure très complexe, mais il y a matière à se casser la tête.

Voici dont comment activer mod_rewrite si vous utilisez EasyPHP ou Apache2 en serveur dédié. Prenez note que si vous utilisez MAMP ou MAMP PRO, le module mod_rewrite est déjà présent et activé.

La seule différence entre l’activation du module mod_rewrite pour EasyPHP 1.8 et la pour EasyPHP 2 est que dans la version 2, il n’y qu’une ligne à enlever en commentaire.

Activer mod_rewrite avec EasyPHP 2

Effacez le dièse (#) devant les lignes suivantes, dans la configuration d’EasyPHP, qui se trouve dans le fichier httpd.conf (Menu e/Configuration/Apache dans EasyPHP) :


LoadModule rewrite_module modules/mod_rewrite.so

Ensuite, toujours dans le même fichier de configuration, recherchez la balise <Directory> correspondant à votre site. Ça devrait ressembler à ça :



#
# Possible values for the Options directive are « None », « All »,
# or any combination of:
# Indexes Includes FollowSymLinks SymLinksifOwnerMatch ExecCGI MultiViews
#
# Note that « MultiViews » must be named *explicitly* — « Options All »
# doesn’t give it to you.
#
# The Options directive is both complicated and important. Please see
# http://httpd.apache.org/docs/2.2/mod/core.html#options
# for more information.
#
Options Indexes FollowSymLinks

#
# AllowOverride controls what directives may be placed in .htaccess files.
# It can be « All », « None », or any combination of the keywords:
# Options FileInfo AuthConfig Limit
#
AllowOverride None

#
# Controls who can get stuff from this server.
#
Order allow,deny
Allow from all


Vous voyez « AllowOverride None »? Changez-le pour « AllowOverride All ». Cette petite modification va dire au serveur apache de prendre en compte le fichier .htaccess. Sans ce changement, votre fichier .htaccess sera ignoré par le serveur.

Activer mod_rewrite avec EasyPHP 1.8

Décommentez les 2 lignes suivantes (effacez le dièse # devant la ligne) dans la configuration d’EasyPHP, httpd.conf (Menu e/Configuration/Apache dans EasyPHP)


LoadModule rewrite_module modules/mod_rewrite.so
AddModule mod_rewrite.c

Cherchez également dans le même fichier :


#
# This may also be « None », « All », or any combination of « Indexes »,
# « Includes », « FollowSymLinks », « ExecCGI », or « MultiViews ».
#
# Note that « MultiViews » must be named *explicitly* — « Options All »
# doesn’t give it to you.
#
Options Indexes FollowSymLinks Includes

#
# This controls which options the .htaccess files in directories can
# override. Can also be « All », or any combination of « Options », « FileInfo »,
# « AuthConfig », and « Limit »
#
AllowOverride All

#
# Controls who can get stuff from this server.
#
Order allow,deny
Allow from all

Prenez garde à ce que AllowOverride All soit bien configuré à ALL et pas à NONE.

Dans la version 1.8 d’Easyphp, il est déjà à ALL, mais dans la version 2.0 d’EasyPHP, nous sommes obligés de le changer à la main. Attention, si AllowOverride n’est pas bel et bien configuré à ALL, le fichier .htaccess ne peut pas être pris en compte par le serveur apache, alors c’est très important (et simple)!

Activer mod_rewrite avec Apache2 (serveur dédié)

La procédure est très simple. Lancez la console (Pour les Macs, c’est Terminal dans les utilitaires système des Applications) et tapez ceci :


a2enmod rewrite

Il faut ensuite modifier un peu la configuration du serveur Apache, pour qu’il n’ignore pas le .htaccess. On ouvre le fichier de configuration :


sudo nano /etc/apache2/apache2.conf

Trouvez la balise <Directory> correspondant à votre site. Dans cette balise, recherchez AllowOverride None, et modifiez-le en inscrivant AllowOverride All.


/etc/apache2/sites-enabled/

Il est possible qu’il y ait un fichier par défaut, dans ce cas il sera probablement nommé 000-default.

Une fois vos modifications sauvegardées, redémarrez le serveur.


/etc/init.d/apache2 reload

Comment tester si la réécriture d’URL est réellement activée

Vérification de la présence du module de réécriture sur le serveur

C’est très simple, écrivez

phpinfo();

dans un fichier PHP, puis vérifiez que « mod_write » y est. Si ce n’est pas le cas, il y a quelque chose qui cloche. Évidemment, ça signifie que la réécriture ne fonctionne pas, révisez les étapes précédentes, vous avez probablement oublié quelque chose.

Créez un fichier .htaccess (le nom du fichier commence par un point), et mettez-le à la racine du site.

Comment nommer un fichier .htaccess correctement, avec son point

Sous Windows, ce point pose un certain problème car cette syntaxe appartient normalement aux fichiers cachés. Il est possible de créer le fichier .htaccess en se servant du bloc-note de Microsoft Windows, en sauvegardant le fichier selon cette syntaxe : ".htaccess" (oui, avec des guillemets!).

Vous pouvez aussi le renommer dans le DOS, par exemple si vous l’aviez sauvegardé en format texte .txt :


ren htaccess.txt .htacces

Règles d’écriture d’URL dans le fichier .htaccess

Insérez ces lignes de code à l’intérieur du fichier .htaccess :

Options +FollowSymlinks
RewriteEngine on

# ————————————————————————-
# > URL REWRITING TEST
# ————————————————————————-

RewriteRule ^try.html$ page_test.html [NC,L]

Créez-vous un fichier qui s’apelle page_test.html, également à la racine du site aux côtés du fichier .htaccess.

Maintenant que la règle d’écriture est écrite, essayez d’accéder à essai.html.

  1. Vous obtenez votre page page_test.html : La réécriture d’URL fonctionne comme il faut !
  2. Vous obtenez une erreur 404 à cause de la page_test.html : Ça fonctionne mais la page page_test.html n’existe simplement pas (pas grave).
  3. Vous obtenez une erreur 404 à propos de essai.html, et que mod_rewrite est bel et bien présent dans la liste du phpinfo() : Votre réécriture ne fonctionne pas. Vérifiez votre configuration Apache! Avez-vous fait les changements, et les avez-vous faits aux bons endroits?
  4. Vous obtenez une erreur 500, et vous testez en local : Votre fichier .htaccess comporte des erreurs dans ses règles de réécriture (pas grave, parce que ça veut aussi dire que votre réécriture fonctionne presque, vérifiez seulement ce que vous avez écrit, faites quelques tests).

Comment référencer un site Web

Le référencement est une étape qui devient de plus en plus importante dans la création d’un site Web.

Voici donc une liste, en ordre d’importance, de certains facteurs qui influencent votre référencement. Il ne faut négliger aucun des éléments de cette liste!

Il s’agit de quelques points qui sont assez faciles à comprendre et à ne pas négliger dans vos réalisations. Pour liste beaucoup plus complète, je vous invite à visiter SeoMoz – Google Search Engine Ranking Factors (en anglais).

Mots clefs utilisés dans la balise <TITLE>

Tout d’abord, utilisez des balises <title> différentes sur chacune de vos pages. Choisissez minutieusement les mots clés qui s’y trouveront; votre balise <title> devrait être un titre qui résume ce dont il est sujet dans la page. Une méthode courante consiste à inclure le sujet de la page, puis le nom du site. Par exemple :


Baladeurs MP3, chaînes stéréo – Le magasin de l’électronique

Nombre de liens pointant vers votre site et qualité de ceux-ci (backlinks)

Plus il y a de sites qui possèdent des liens votre site (backlink), plus votre site est important aux yeux de Google. Plus  ces sites sont populaires, plus vous le serez. Attention à ne pas exagérer par contre, si vous créez des milliers de backlinks pour un site tout nouveau d’un seul coup, il est possible que Google sente l’arnaque et vous foute dans la sandbox.

Inscrire votre site dans des annuaires et rechercher des partenariats sans relâche sont des efforts nécessaires pour que votre site décolle. Idéalement, c’est bien si on peut se taper environ 5 à 10 inscriptions d’annuaires par semaine. J’ajouterais également qu’inscrire son site dans des annuaires de flux RSS aide à obtenir un paquet de liens profonds facilement.

Mots clefs utilisés dans le contenu de la page

Vos contenus doivent être rédigés en utilisant les mots clés que vous ciblez. Ici, la densité de mots clés est plutôt importante, c’est-à-dire le % de présence d’un mot clé dans votre texte. Par exemple :

Le magasin de l’électronique vous propose différentes marques de baladeurs MP3 : Ipod, Samsung, Sandisk, etc.

Profitez de nos conseils d’expert pour le choix et l’entretient de votre baladeur MP3

Il est important de ne pas exagérer; on ne doit pas sentir que vous avez tenté de mettre votre mot clé partout. Cependant, il doit être présent quelques fois dans votre contenu, si vous désirez l’exploiter pour un bon positionnement Google.

Mots clés utilisés dans l’entête <h1>

L’entête <h1> est en quelques sortes le titre de votre page, comme la balise <title>. D’ailleurs, il est commun de mettre sensiblement la même information dans la balise <title> que dans la balise <h1>.

Mots clés utilisés dans le nom de domaine

L’importance ou non des mots clés dans le nom de domaine est souvent un sujet de débat, mais dans l’ensemble, on s’entend pour dire que ça reste un facteur important. Si je possède le domaine magasin-electronique.com, ça peut aider pour les mots clés « magasin électronique ». De plus, l’adresse URL est en évidence (en gras) dans les résultats google puisque le mot clé s’y trouve.

Mots clés utilisés dans l’URL de la page

Il vous faut soigner les noms de vos fichiers HTML, PHP, ou encore mieux : utiliser la réécriture d’URL. Par exemple :

http://www.magasin-electronique.com/ipod-nano-16gb.php

est de loin mieux que :

http://www.magasin-electronique.com/produits.php?tag=343&id=9&order=0&search=ipodnano8gb

Notez que Google n’aime pas beaucoup voir trop de paramètres dans une URL, comme dans la deuxième partie de l’exemple.

Mots clés utilisés dans les entêtes <h2>, <h2>, etc.

Ces entêtes peuvent parfois être interprétées de façon toute aussi importante que la balise <h1>. Évitez de répéter dans les balises <h2> et plus ce qui se trouve déjà dans la balise <h1> ou <title>. Le but de ces balises est manifestement de marquer une hiérarchie dans votre information, servez-vous-en correctement, ou, si cela n’apporte rien à l’organisation de votre contenu, ne les utilisez pas du tout, sans quoi ça pourrait vous nuire.

Mots clés utilisés dans la balise méta DESCRIPTION

Il est impératif d’utiliser des balises méta DESCRIPTION différentes sur chacune de vos pages, contenant des mots clés bien choisis. Pensez à la balise méta DESCRIPTION comme étant une description de votre balise <title>, puisque ces deux balises apparaissent le plus souvent ensemble dans les résultats Google.

Utilisation correcte et valide du language HTML

Le code HTML, c’est pas très complexe; pourtant, peu de gens l’utilisent réellement de façon cohérente. On dira ce qu’on voudra, Google reste sensible à ce détail, un site dont le HTML est bien fait et valide W3C peut facilement passer devant un site de popularité semblable mais dont les pages sont un vrai foutoir.

Voilà, c’est un aperçu des contraintes auxquelles vous devez vous plier pour avoir une chance d’arriver à un bon référencement sur Google. Ajoutez à cela un Sitemap Google et du XHTML valide W3C, c’est encore mieux!

Pour finir, si vous habitez Nantes et cherchez un prestataire de référencement de confiance, je vous recommande Hounkpe Media : Référencement Nantes.

Google Analytics, vos statistiques en ligne

Google Analytics est un service gratuit de Google qui permet d’apprendre une quantité impressionnante d’informations sur les visiteurs de votre site. Si vous ne connaissez pas déjà ce service , il faut vous y mettre dès maintenant!

Connaître le nombre de vos visiteurs, leur origine, où ils vont et quand est un élément essentiel au succès (même minime) de votre site Web… ne serait-ce que pour savoir si vous avez plus d’un visiteur par jour! Étudier le comportement de vos visiteurs vous aidera grandement à améliorer votre site Web (surtout au niveau de l’ergonomie), ou au moins à comprendre quels sont les problèmes liés à l’expérience utilisateur que votre site offre. À défaut d’utiliser une solution de statistiques spécialisées encore plus pointue, je crois bien que Google Analytics constitue un excellent point de départ.

Comment ajouter Google Analytics?

Rendez-vous sur le site de Google Analytics, inscrivez-vous aux services Google (si vous possédez déjà un compte Gmail, vous pouvez l’utiliser).

Une fois inscris, cliquez sur Access Analytics, puis sur Sign up ».

Remplissez le formulaire en fournissant les informations demandées.

Google vous donne ensuite un code javascript à insérer dans vos pages HTML. Vous devez l’insérer dans toutes vos pages (sans quoi vous ne pourrez obtenir des statistiques réelles). À l’aide d’un éditeur de code source (Dreamweaver, Golive, …) ou du bloc-note, insérez le code juste avant la fermeture de la balise </body> (à la fin). Si vous l’insérez plus tôt dans le code, ça risque de créer un ralentissement sensible du chargement de la page.

Le code javascript que Google vous donne ressemble à ceci (n’utilisez pas ce code, utilisez celui que Google vous donne) :




Il faut laisser un peu de temps, quelques heures normalement, avant que Google commence à enregistrer les statistiques sur votre site.

Laissez mijoter quelques jours et ensuite retournez voir ce que ça donne. Les statistiques d’une journée sont accessibles à partir de minuit le soir de cette journée.

Une petite astuce : Dans les statistiques de contenu, vous pouvez voir quelles sont les pages visitées sur votre site. Cela vous aiderait beaucoup si vous utilisiez la réécriture d’URL, car c’est bien plus facile de reconnaître quelles sont ces pages, que s’il s’agit d’URLs avec une panoplie de paramètres qui ne veulent rien dire pour vous.

Je vous laisse le plaisir d’explorer l’outil Google Analytics à votre guise; il existe beaucoup de possibilités, seule une expérience personnelle de l’outil vous permettra de mieux comprendre les différentes fonctions de celui-ci!

Créer un Sitemap Google pour votre site

Un Google Sitemap est un élément primordial au succès de votre référencement : il sert à indiquer à Google quelles pages il doit indexer. Ça permet d’accélèrer le processus d’indexation de nouvelles pages, et ça permet également d’inclure tout votre contenu pertinent dans l’index de Google.

À la base (vous l’aurez deviné, je l’espère!), un Sitemap c’est un plan de votre site. Une arborescence de vos pages, dans laquelle l’importance qu’ont certaines pages de plus ou de moins sur les autres pages du même site est explicitement indiquée.

Bien sûr, ce n’est pas obligatoire; ce n’est qu’une aide pour Google (ainsi que pour vous, par le même fait). Vous ne pouvez pas espérer que toutes les pages que vous inclurez dans votre Sitemap seront indexées dans Google, car bien que vous lui montrez le chemin, Google n’est pas idiot, il n’indexera de toutes manières que les pages qu’il aura jugées pertinentes.

Laissez tomber les pages de contact et d’aide, focussez votre référencement sur votre contenu réel. Encore faut-il qu’il les trouve ces superbes pages qui feront grimper votre trafic : le Sitemap Google est là pour ça.

Selon la nature de votre site (un site statique ou un site dynamique), la façon de fabriquer votre Sitemap peut varier : de là le but de cet article.

En tout temps, je vous conseille de vous reférer à la documentation Google sur ce sujet.

Créer un Sitemap statique

Par statique, j’entends un Sitemap que vous devez écrire vous même, et qui ne changera pas automatiquement. C’est ce qu’on utilise normalement pour des sites qui possèdent uniquement des contenus statiques en pages HTML.

Pour faire ça, inutile de perdre votre temps à en écrire un vous même, vous pouvez utiliser un outil de création automatique de Sitemap. Vous pouvez également l’utiliser pour un site dynamique qui n’utilise pas la réécriture d’URL, mais il vous faudra le regénérer une fois de temps en temps – un truc que vous allez oublier de faire.

Créer un Sitemap dynamique

Un Sitemap dynamique se mettra automatiquement à jour sur votre site Web, ce qui est très pratique si vous mettez régulièrement à jour votre contenu. La méthode proposée ici utilise la réécriture d’URL pour simplifier le tout.

Dans le premier temps, créez un fichier .htaccess placé à la racine, ou modifiez celui que vous avez peut-être déjà :


Options +FollowSymlinks
RewriteEngine on

# Lien pour le Sitemap
RewriteRule ^sitemap\.xml$ /sitemap.php [L,NC]

Ainsi, sitemap.php va nous permettre de générer dynamiquement et simplement le contenu du fichier XML (le sitemap). Chaque fois que Google cherche à ouvrir la page sitemap.xml, sitemap.php est sollicité et crée une mise à jour du « fichier » XML.

Créez donc un fichier intitulé sitemap.php. Dans l’exemple suivant, on récupère les articles d’un blog imaginaire.

Voici la structure de la table qui sert dans l’exemple :


CREATE TABLE IF NOT EXISTS `blog` (
`id` MEDIUMINT(9) NOT NULL COMMENT ‘ID de l »article’,
`texte` TEXT NOT NULL COMMENT ‘Texte de l »article’,
`DATE` DATE NOT NULL)
ENGINE=MyISAM DEFAULT CHARSET=latin1 COMMENT=’Articles de blog’;

Voici pour le fichier sitemap.php :

// Connexion MySQL
$host = « localhost »; // généralement, c’est localhost
$user = « NOM_D_UTILISATEUR »;
$pass = « MOT_DE_PASSE »;
$bdd = « NOM_DE_LA_BD »;

@mysql_connect($host,$user,$pass) or die(« Echec de connexion au serveur: « .mysql_error());
@mysql_select_db(« $bdd ») or die(« Echec de sélection de la base: « .mysql_error());

// Spécifier le type de document, soit un document XML
header(« Content-Type: text/xml »);

// Requête MySQL pour aller chercher les articles du blog
$requete = « SELECT id, date FROM blog ORDER BY date DESC »;
$resultat = mysql_query($requete);

// Écriture du fichier XML
// l’entête :
$sm =  »;
$sm .= ‘xmlns:xsi= »http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance »
xsi:schemaLocation= »http://www.google.com/schemas/sitemap/0.84
http://www.google.com/schemas/sitemap/0.84/sitemap.xsd »>’;

// Articles du blog
while ($blog=mysql_fetch_array($resultat,MYSQL_ASSOC)) {
$sm .= ‘‘;
$sm .= ‘http://votresite.com/blog?id=’.$blog[‘id’].’‘; // en suposant que vos pages dynamiques fonctionnent ainsi
$sm .= ‘‘.$blog[‘date’].’‘;
$sm .= ‘monthly‘;
$sm .= ‘0.7‘;
$sm .= ‘
‘;
}

$sm .=  »;

echo $sm;

Comme vous pouvez le deviner, chaque item du sitemap obéit à ce schéma :






<loc> L’emplacement exact de votre page. N’oubliez pas d’inclure le domaine (http://www.domaine.com).
<lastmod> Quand est-ce que votre page a été modifiée pour la dernière fois (ou quand a t-elle été créée). Cette donnée est préalablement stockée dans vos tables par vos scripts de blog. Vous devez fournir cette données sous un format valide W3C.
<changefreq> À quelle fréquence cette page risque t-elle d’être mise à jour? (always, hourly, daily, weekly, monthly, yearly, never). Ceci constitue un indice pour Google, la fréquence d’exploration de Google peut ne pas respecter votre commande. Et il ne sert à rien de mettre always si vous ne modifiez jamais un article une fois qu’il est publié.
<priority>

Cette donnée est un indice hiérarchique, indiquant si cette page est plus importante que d’autres, sur votre site. Cette comparaison ne s’applique pas aux autres sites. Il est inutile de mettre 1 partout, vous vous nuirez. Donnez une priorité plus haute aux pages qui vous semblent plus importantes et qui changent plus souvent

Normalement, en accédant la page sitemap.xml sur votre site, vous devriez voir votre Sitemap en format XML. Vérifiez s’il est valide, puis vous pourrez le soumettre à Google.

Bien sûr, il est possible d’améliorer ce script de plusieurs façons. Par exemple, vous pouvez stocker dans vos tables de données, dans une colonne priority, la priorité à donner à chacune des pages. Même chose pour le changefreq.

Évidemment, on se prend moins la tête avec les CMS!

Créer un Sitemap dynamique pour Joomla!

Pour ce qui est d’un sitemap pour Joomla!, vous avez à votre disposition deux composants : xMap et Joomap, les deux disponible en versions J!1.0x et J!1.5x.

Je n’ai pas essayé Joomap, mais xMap fonctionne très bien. Il existe des extensions pour la plupart des composants connus (Sobi2, Adsmanager, Community Builder, …), ce qui est indispensable. Il s’agit des deux plus connus, mais il existe d’autres composants.

Créer un Sitemap dynamique pour Drupal

Installez le module XML Sitemap pour Drupal, disponible pour Drupal 5.x.

Créer un sitemap dynamique pour WordPress

Téléchargez le plugin de Arne Brachhold, qui fonctionne très bien pour créer un Sitemap pour WordPress. Si le référencement vous intéresse, je vous invite à lire mon article au sujet du référencement sur WordPress.

Vérifier le PageRank de votre site

Le PageRank est une échelle de notation propre à Google, pour évaluer à quel point votre site est populaire. Il n’entre pas ou peu en relation avec votre référencement, il s’agit surtout d’un indice de popularité de votre site.

Plusieurs outils permettent de vérifier le PageRank d’un site en ligne. Je vous conseille celui-là, très simple et fonctionnant plutôt bien.