Archives du mot-clé Wordpress

wp-dark-hi-320x480

WordPress : Protéger vos adresses e-mail sans plugin (antispambot)

Récemment, lors de l’élaboration du blog de ma boutique, j’ai voulu installer un plugin qui permettrait simplement de crypter les adresses courriel qu’on peut retrouver ça et là dans les articles. Puisqu’il y aura plusieurs collaborateurs au blog, c’était crucial de protéger leurs adresses contre le spam… à mon grand désarroi, je n’ai pas trouvé de plugin satisfaisant (j’en ai essayé au moins une demi-douzaine). Lorsque j’écris un courriel directement dans un fichier de thème, je trouve la fonction antispambot de WordPress plutôt pratique… j’ai donc fait un petit filtre pour l’appliquer à toutes les adresses courriel trouvées dans les articles ou les pages affichées.

Il suffit de placer le code suivant dans le fichier functions.php de votre thème :

// Antispambot
function asb($content){
    return preg_replace('/([_a-zA-Z0-9.\-]*@[a-zA-Z0-9]([_a-zA-Z0-9\-]+\.)+[a-zA-Z]{2,10})/e',"antispambot('\\1')",$content);
}
add_filter('the_content','asb');

Difficile de faire plus simple que ça! En plus, ça évite d’avoir un plugin de plus dans le tas…

EDIT : La ligne du regexp a été améliorée par une suggestion de l’équipe de iXmédia.

Supprimer le fil RSS de WordPress

Couleurs conceptionIl y a certaines raisons pour lesquelles on peut vouloir désactiver le flux RSS dans le header d’un site WordPress. Si vous ne vous servez pas de WordPress comme plateforme de blogue (vous n’utilisez que les pages et non pas les articles), il peut être gênant d’avoir un fil RSS vide publié et disponible dans le <head> de vos pages.

Avant d’aller plus loin, une petite parenthèse : Depuis quelques mois, je me sers presque systématiquement du CMS WordPress pour créer des sites qui ne sont que très rarement des blogues. Même si WordPress est initialement une plateforme pour blogues, il y a sans cesse des améliorations et de nouveaux plugins pour permettre une utilisation plus aisée comme site « vitrine ». Donc, si vous faites partie de ceux qui évitent encore WordPress à cause de sa réputation de CMS pour blogues par excellence, vous devriez lui donner une chance!

Pour ce qui est de supprimer les fils RSS de votre site WordPress, vous risquez de trouver des méthodes qui m’ont semblées peu efficaces, ou encore pas très propres (hacker le core inutilement).

Finalement, il semblerait qu’une fonction native de WordPress existe exprès pour ça, depuis la version 2.8.

Ça se passe dans le fichier functions.php de votre thème; si vous n’en avez aucun, créez-en un et placez-le dans le dossier de votre thème.

Ajoutez le code PHP suivant :

automatic_feed_links(false);

Et le tour est joué!

Bloguer en plusieurs langues

RSSJe tiens ce blogue en français et en anglais depuis le mois d’octobre passé, je vous fais donc part de mon retour sur expérience du blogage (eh oui, ça se dit!) en deux langues, ce que ça implique et ce que ça peut vous rapporter.

La raison principale pour laquelle on peut se décider à écrire des articles en deux langues est bien simple et inanime : rejoindre un plus large auditoire. Surtout dans notre cas, nous les francophones! Écrire uniquement des articles en français nous « limite » aux visiteurs québécois, belges, suisses, marocains, tunisiens et surtout (voire principalement), français.

Ainsi que 24 autres pays. C’est à dire environ 180 millions de personnes dans le monde entier, certainement moins car ces gens n’ont pas tous Internet, et ne s’intéressent certainement pas tous aux sujets que vous abordez sur votre blogue … voilà qui réduit considérablement l’échantillon.

Tandis que l’anglais, avec « seulement » 300 à 400 millions de locuteurs natifs dans le monde, mais une masse écrasante de gens qui l’ont adopté comme langue secondaire. Je déteste l’anglais, mais force est de reconnaître que c’est LA langue internationale. Indubitablement, bloguer également en anglais vous ouvre sur un potentiel infiniment plus grand. Par exemple, ce blogue reçoit environ autant de visites sur ses pages en anglais que sur celles en français. On peut assez facilement en déduire que si ce blogue n’était qu’en français, je pourrais simplement diviser le traffic par deux…

De plus, si vous vous adonnez aux réseaux sociaux tels que Twitter, ou Facebook, bloguer en anglais vous permettra d’ouvrir votre réseau à de nombreux anglophones. Dans le même ordre d’idée, bloguer en anglais vous aidera à travailler à l’international, si tel est votre désir. En effet, si bloguer peut être un outil puissant pour prouver vos compétences, profitez de votre vitrine internationale (Internet) pour toucher le plus de gens. Même pour vos clients potentiels francophones, vous montrez une ouverture sur le monde ainsi que votre compétence, à plusieurs niveaux : parler de ce qui vous passionne ne vous gêne pas, peu importe la langue.

Cependant, je pense que plusieurs se lancent dans le blogage multilingue les yeux fermés, sans penser à ce que ça implique. Si un blogue demande pas mal de travail au départ, le tenir en deux langues (voire plus), ça signifie doubler littéralement votre charge de travail. Encore faut-il bien se débrouiller en anglais (ou autre langue). Pour ma part, je me débrouille pas si mal, mais comme la plupart du monde je ne saurais pas écrire un classique de littérature en anglais, disons-le comme ça. Ça veut dire que je me bute souvent à trouver le mot qui convient pour exprimer telle ou telle pensée, chose qui, en français, ne m’a évidemment posé aucune embuche. De plus, on se rend vite compte qu’on dispose d’un vocabulaire assez restreint, on réutilise souvent les mêmes mots, faute de synonymes sous la main. Tout ça pour dire qu’en plus de doubler la charge de travail de rédaction, bloguer en deux langues peut en plus vous forcer à ouvrir des bouquins – ce qui n’est pas une mauvaise chose du tout, mais encore du temps de travail supplémentaire.

Ce n’est pas tout. Si vous vous adonnez au référencement de votre blogue, eh bien il faudra également mettre un peu de temps sur vos pages anglophones. Ceci n’est cependant pas dénué d’avantages, puisque posséder du contenu en anglais vous ouvre les portes à diverses plateformes anglophones où vous pouvez joyeusement poser vos backlinks : annuaires anglophones, digg-likes, forums & blogues anglophones en dofollow, etc. Inutile de dire qu’il y a beaucoup plus de marge de manœuvre à ce sujet dans l’univers anglophone que l’univers francophone.

En supplément à cet article, je désire passer en revue quelques solutions CMS pour tenir un blogue multilingue.

Joomla! : Avec le composant Joomfish, vous pouvez traduire toutes vos pages plutôt facilement. Ça fonctionne assez bien, mais si votre référencement dans google vous importe, vous ne serez sans doute pas très contents de ne pas avoir de contrôle sur la réécriture des URL pour chacune des langues : l’originale est utilisée pour toutes les pages traduites, ce qui n’est pas forcément très cool pour le positionnement de celles-ci sur les SERPs. C’est une des raisons majeures pour lesquelles j’ai migré de Joomla! à Drupal.

WordPress : Chez WordPress, ce n’est pas tellement mieux. Certains composants vous permettent de gérer la traduction de certaines pages, mais pour une raison majeure dont je ne me rapelle plus, ce n’est vraiment pas très intéressant. Je sais c’est con, mais j’ai oublié. Le seul moyen que j’ai trouvé pour avoir quelque chose de propre et SEO-Friendly, c’est de créer un clone du blogue et d’y rédiger des articles en anglais, mais ils ne sont pas liés donc c’est pas très efficace…

** EDIT : C’est (désormais?) possible avec le super module WPML! À essayer!

Drupal : Avec le module Internationalization (I18N), vous pouvez créer des pages distinctes pour chaque traduction (et les lier ensemble), tout en contrôlant tous les aspects du référencement (métas, titres, URLs, et j’en passe). C’est vraiment génial mais ça m’a paru très ardu à mettre en place… Je fais des backups souvent car je ne suis pas trop sûr que je retrouverais comment ;)

Pour conclure, je dirais que le blogage multilingue apporte beaucoup de choses bien à votre blogue, mais il faut être prêt à effectuer le travail imposant que cela implique. Comme dans bien des histoires de Web, la pensée magique n’est qu’un mirage! Et vous, qu’en pensez-vous?

Comment soumettre dans les annuaires

Une façon facile d’améliorer votre positionnement est depuis longtemps et reste de soumettre votre site dans des annuaires. Attention cependant à ne pas vous y prendre n’importe comment!

Inscrire son site dans des annuaires devient vite une activité tout-à-fait blazante (pour ne pas dire chiante) et répétitive. C’est en plein pour ça qu’il faut optimiser son temps de travail pour qu’il soit le plus efficace possible, et souffrir pour du résultat, au moins!

Ne pas soumettre son site de façon massive dans les annuaires

Surtout pour un site jeune, Google trouvera plutôt suspect de voir apparaître plusieurs centaines de backlinks d’un seul coup. Ne prenez pas de risque, inscrivez votre site dans maximum 10 annuaires par semaine. D’abord, votre site ne sera pas accepté partout, car certains annuaires sont abandonnés par leur webmaster, ce qui peut être dur à voir avant d’y soumettre. Ensuite, votre inscription est validée aléatoirement, et Google passe aléatoirement sur ces annuaires, donc il reçoit les backlinks de manière diluée, ce qui joue en votre faveur.

Des titres et des descriptions différentes

Une autre erreur serait d’utiliser la même description pour vos 200 inscriptions dans des annuaires; cela expose au problème du contenu dupliqué la page où se trouve vos site dans l’annuaire. Cela peut du moins empêcher les annuaires de se positionner sur vos requêtes; il est souvent intéressant d’avoir ses annuaires positionnés sous soi dans Google, car vous occupez de façon indirecte plus de terrain et nuisez davantage à vos concurrents. De plus, beaucoup de webmasters d’annuaires vont supprimer les inscriptions qui utilisent du contenu déjà indexé (Moi pareil sur Annuaire Design et Annuaire blogs design).

S’inscrire dans des annuaires , vous vous en doutez, demande une grande capacité de rédaction ainsi qu’un bon dictionnaire des synonymes. Personnellement, j’écris une série de descriptions d’environ 255 mots, toutes complètement différentes. Ensuite, j’utilise chaque description pour 5 annuaires dont je ne connais pas la réactivité. On pourrait dire 3, mais bon, c’est tellement chiant que de se creuser la tête à faire de nouvelles descriptions qu’il vaut mieux être sûr qu’elle servira à quelque chose. Si vous savez que tel ou tel annuaire valide toujours, ou est de très bonne qualité, écrivez une description unique juste pour cet annuaire.

Maintenant, pourquoi des titres différents? Pas pour le contenu dupliqué. Plutôt parce que la plupart du temps, le lien vers votre site est placé sur le titre que vous écrivez, ce qui en fait donc une ancre. Dressez une liste de titres-ancres crédibles, et variez-les régulièrement. Tant qu’à se donner autant de peine à s’inscrire dans des annuaires, autant en profiter pour grimper sur certaines requêtes! Évitez cependant de mettre uniquement une liste de mots clés, soyez raisonnable.

Suivre la progression des validations

Ceci est, selon moi, une étape importante dans votre stratégie de référencement. Si vous vous inscrivez hebdomadairement à une dizaine d’annuaires, vous perdrez vite le fil et vous vous buterez souvent à des annuaires où vous êtes déjà inscris. C’est pourquoi il vaut mieux vous créer une liste (Excel ou Google Spreadsheet), une ligne par annuaire, un X si vous avez soumis et un X si l’annuaire vous a accepté.

Cela vous permettra aussi de cibler les annuaires qui sont rapides, et surtout ceux qui ne valident pas. C’est très utile si vous lancez un deuxième site par la suite, vous reprenez cette liste et vous évitez les annuaires qui ne vous ont pas validé avec une description unique et de qualité! Vous aurez également une idée du nombre d’annuaire où vous êtes réellement inscris et validé.

S’inscrire dans plus d’annuaires, plus rapidement?

Évitez toutes les solutions où se trouve le mot « automatiquement »… la seule manière efficace de s’inscrire dans des annuaires est de le faire soi-même manuellement, un par un; ou bien à l’aide d’un outil .

Un outil « semi-automatique » remplira pour vous toutes les cases du formulaire d’inscription, il ne vous restera plus qu’à entrez le captcha (code de vérification d’humain) et envoyer le tout. Ce genre de méthode sauve du temps au niveau de la saisie des informations dans les champs, ce qui est non-négligeable, mais vous devrez quand même vous fendre le cul en quatre pour fournir beaucoup de descriptions uniques de qualité.

Pour ce faire, il existe un excellent logiciel qui se nomme Yooda Submit (francophone, payant, sur PC). Il fonctionne très bien, permet de mettre plusieurs titres et descriptions différentes, et permet de gérer vos inscription comme décrit plus haut.

Si vous cherchez une solution gratuite, il existe aussi le plugin Firefox InFormEnter. Ce plugin ajoute un bouton à côté de chacun des champs du formulaire d’inscription, qui vous donne accès à une liste pour vos titres, descriptions, courriel, noms, etc. C’est moins rapide que Yooda Submit, mais ça accélère grandement la saisie de vos données.

Choisir ses annuaires

Beaucoup d’annuaires sont littéralement de misérables dépotoires de liens, plus ou moins entretenus et sans critère de qualité. Ce genre d’endroit ne vaut pas la peine de prendre le temps de s’y inscrire. Tous les annuaires ne sont pas bons, il en existe tellement que vous pouvez vous permettre de choisir. Par exemple, vous ne devriez pas être obligé de payer ou de placer un lien de retour pour vous inscrire.

Il existe quelques annuaires de grande qualité où il est un peu difficile de pénétrer, mais il faut toujours essayer car un lien sur ces annuaires vaut bien un lien sur 50 annuaires de piètre qualité. Vous trouverez facilement une liste de ces annuaires sur Google.

Les annuaires généralistes, c’est bien, il y en a pleins; mais si vous trouvez un ou plusieurs annuaires dans votre thématique de site Web, il faudra vous y inscrire. Un lien vers votre site, dans un contexte thématique cohérent, vaut plus qu’un lien vers votre site dans un annuaire généraliste.

Un dernier conseil : évitez les annuaires de flux RSS lorsque votre site est bien jeune. Ces annuaires sont plus « importants » que vous aux yeux de Google, et puisqu’ils publient votre contenu (soit votre arme majeure), ils peuvent facilement vous voler votre position sur vos requêtes, voire même vous faire punir pour contenu dupliqué par Google!

De plus, tronquez vos fils RSS pour ne laisser diffuser qu’une petite introduction à l’article, cela vous évitera bien des ennuis sur Google. Notez cependant qu’il est par la suite très intéressant de vous inscrire sur ces annuaires, car ils vous donnent des liens en profondeur, qui se mettent tout seuls à jour lorsque vous écrivez un nouvel article. Si vous n’avez pas de fil RSS sur votre site Web, je vous conseille de lire mon article sur les flux RSS dynamiques.

Pour compléter cet article, je vous conseille de jeter un coup d’oeil à ces annuaires qui valident rapidement. Ces annuaires, de qualité ou pas, sont pratiques pour obtenir des résultats rapidement.

Référencement sur WordPress

Il existe un bon paquet de plugins pour optimiser le référencement d’un site WordPress… mais lesquels choisir?

Après avoir fait quelques essais, je trouve que le plugin WordPress le plus efficace pour le SEO est All in one SEO. Il vous permet de personnaliser les balises <title>, métas description et keywords de chacuns de vos articles, le tout très facilement. Ces personnalisations sont essentielles à un bon référencement.

Il manque à All in one SEO quelques fonctionnalités relatives aux Metas que peut compléter le plugin Meta Robots de Yoast.

Vous avez également accès à une panoplie d’options dans la page de configuration, notamment empêcher l’indexation de pages tags ou catégories, afin de gérer avec précaution les risques de contenu dupliqué.

Je conseillerais aussi SEO Smart Links qui crée automatiquement des liens vers vos pages de catégories et de mots clés, lorsque ces mots se trouvent dans votre contenu. Si vous indexez les pages de catégories et de mots clés, ça peut être une bonne manière de créer beaucoup de liens internes, le tout automatiquement. Ça ne fonctionne pas toujours, dépendamment de la mise en forme du texte, mais bon, faut pas trop en demander non plus…

Une autre astuce, efficace autant pour le référencement auprès des moteurs de recherche que pour vos visiteurs humains : lister vos articles qui traitent de sujets connexes. Et ça, Yet Another Related Posts Plugin vous permet de le faire automatiquement. C’est pas mal pour le SEO; vos liens ont plus de poids puisqu’ils envoient vers des pages ayant une thématique similaire. Enfin, je crois. Sinon, les visiteurs qui lisent votre article seront certainement intéressés par d’autres articles qui traitent d’un sujet semblable.

Connaissez-vous d’autres bons (meilleurs?) plugins WordPress pour optimiser le référencement des articles?

WordPress : Sauvegarde complète

La plupart des plugins WordPress vous permettent de sauvegarder votre base de données automatiquement, mais qu’en est-il de vos fichiers? Heureusement, il existe également un plugin pour ça!

Voici les deux plugins qu’il vous faut pour être à l’abris de la poisse :

Sauvegarder vos fichiers WordPress

Le plugin qui vous permettra de faire un backup de vos fichiers WordPress s’apelle WordPress Backup. Original comme nom, n’est-ce pas? pas étonnant qu’on ne le trouve pas!

WordPress Backup, une fois installé, crée trois fichiers zippés de répertoires du même nom :

  • uploads.zip
  • theme.zip
  • plugins.zip

Vous pouvez configurer le plugin pour programmer ses sauvegardes, exclure des fichiers, etc. C’est un plugin bien simple et qui fonctionne bien!

Sauvegarder votre base de données wordpress

Tant qu’à y être, parlons aussi des plugins de backup de base de données pour WordPress. Il en existe plusieurs, mais l’un des meilleurs (ou des plus simples) est selon moi DBC Backup. Il vous permet de scéduler vos sauvegardes de bases de données, ce qui est fortement conseillé, car la nature humaine est peu disciplinée lorsqu’il est question de faire des sauvegardes manuelles régulières!

I do follow!

Les commentaires de ce blog sont maintenant en DOFOLLOW!

Mais qu’est-ce que le dofollow?!

Lorsqu’on fait un lien vers un autre site, il est possible de donner l’attribut nofollow. Cela indique à Google de suivre le lien mais de n’accorder aucune importance à ce lien. C’est fâcheux, car l’un des principaux avantages que quelqu’un d’autre fasse un lien vers votre site, c’est que ça vous apporte un précieux backlink supplémentaire, et cela vous rend plus important aux yeux de Google; ce qu’empêche malheureusement le nofollow.

Le fait est que plus il y a de liens sortants (en dofollow) dans une page donnée, plus l’importance de chacun est divisée. C’est pourquoi bien des bloggeurs auront tendance à ne donner aucune importance aux liens de ceux qui commentent, afin de ne pas réduire l’importance de leurs propres liens vers des pages internes.

D’un autre côté, si un visiteur fait un commentaire pertinent, consistant et contribue grâce à cela au contenu de votre site, la moindre des choses est de le récompenser avec un backlink gratuit qui n’est pas en nofollow. On ne se cachera pas, beaucoup de gens rédigent des commentaires à la volée juste pour ça, quoique ça puisse souvent être une bonne motivation pour certains de faire un commentaire intéressant qu’ils auraient gardé sinon pour eux. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de contenu ajouté gratuitement par la personne qui commente. En gros, c’est un échange de bons services.

Il ne faut pas trop exagérer, par exemple utiliser comme pseudo des ancres de texte afin d’améliorer directement son référencement (ex : poker texas hold’em), mais ça peut être toléré, même si plusieurs éditeurs de blogues considèrent ça comme un manque de respect flagrant.

Pour ma part, si des gens commentent, si c’est un commentaire raisonnablement intéressant, je validerai toujours.

Si vous avez un blogue WordPress, voici comment faire pour mettre vos commentaires en dofollow.

Pour Joomla!, si vous utilisez !JoomlaComments, il est possible faire un petit hack manuel pour mettre les liens des commentaires en dofollow.

Edit : C’est pas parce que je permets le dofollow dans les commentaires qu’il faut me prendre pour un con : les commentaires du genre "Merci bon article" point barre, y’a peu de chances pour que je laisse le lien. Moi quand je spamme les blogues des autres, je me force un peu le cul pour écrire plusieurs lignes quelque chose qui a du bon sens…

Créer un Sitemap Google pour votre site

Un Google Sitemap est un élément primordial au succès de votre référencement : il sert à indiquer à Google quelles pages il doit indexer. Ça permet d’accélèrer le processus d’indexation de nouvelles pages, et ça permet également d’inclure tout votre contenu pertinent dans l’index de Google.

À la base (vous l’aurez deviné, je l’espère!), un Sitemap c’est un plan de votre site. Une arborescence de vos pages, dans laquelle l’importance qu’ont certaines pages de plus ou de moins sur les autres pages du même site est explicitement indiquée.

Bien sûr, ce n’est pas obligatoire; ce n’est qu’une aide pour Google (ainsi que pour vous, par le même fait). Vous ne pouvez pas espérer que toutes les pages que vous inclurez dans votre Sitemap seront indexées dans Google, car bien que vous lui montrez le chemin, Google n’est pas idiot, il n’indexera de toutes manières que les pages qu’il aura jugées pertinentes.

Laissez tomber les pages de contact et d’aide, focussez votre référencement sur votre contenu réel. Encore faut-il qu’il les trouve ces superbes pages qui feront grimper votre trafic : le Sitemap Google est là pour ça.

Selon la nature de votre site (un site statique ou un site dynamique), la façon de fabriquer votre Sitemap peut varier : de là le but de cet article.

En tout temps, je vous conseille de vous reférer à la documentation Google sur ce sujet.

Créer un Sitemap statique

Par statique, j’entends un Sitemap que vous devez écrire vous même, et qui ne changera pas automatiquement. C’est ce qu’on utilise normalement pour des sites qui possèdent uniquement des contenus statiques en pages HTML.

Pour faire ça, inutile de perdre votre temps à en écrire un vous même, vous pouvez utiliser un outil de création automatique de Sitemap. Vous pouvez également l’utiliser pour un site dynamique qui n’utilise pas la réécriture d’URL, mais il vous faudra le regénérer une fois de temps en temps – un truc que vous allez oublier de faire.

Créer un Sitemap dynamique

Un Sitemap dynamique se mettra automatiquement à jour sur votre site Web, ce qui est très pratique si vous mettez régulièrement à jour votre contenu. La méthode proposée ici utilise la réécriture d’URL pour simplifier le tout.

Dans le premier temps, créez un fichier .htaccess placé à la racine, ou modifiez celui que vous avez peut-être déjà :


Options +FollowSymlinks
RewriteEngine on

# Lien pour le Sitemap
RewriteRule ^sitemap\.xml$ /sitemap.php [L,NC]

Ainsi, sitemap.php va nous permettre de générer dynamiquement et simplement le contenu du fichier XML (le sitemap). Chaque fois que Google cherche à ouvrir la page sitemap.xml, sitemap.php est sollicité et crée une mise à jour du « fichier » XML.

Créez donc un fichier intitulé sitemap.php. Dans l’exemple suivant, on récupère les articles d’un blog imaginaire.

Voici la structure de la table qui sert dans l’exemple :


CREATE TABLE IF NOT EXISTS `blog` (
`id` MEDIUMINT(9) NOT NULL COMMENT ‘ID de l »article’,
`texte` TEXT NOT NULL COMMENT ‘Texte de l »article’,
`DATE` DATE NOT NULL)
ENGINE=MyISAM DEFAULT CHARSET=latin1 COMMENT=’Articles de blog’;

Voici pour le fichier sitemap.php :

// Connexion MySQL
$host = « localhost »; // généralement, c’est localhost
$user = « NOM_D_UTILISATEUR »;
$pass = « MOT_DE_PASSE »;
$bdd = « NOM_DE_LA_BD »;

@mysql_connect($host,$user,$pass) or die(« Echec de connexion au serveur: « .mysql_error());
@mysql_select_db(« $bdd ») or die(« Echec de sélection de la base: « .mysql_error());

// Spécifier le type de document, soit un document XML
header(« Content-Type: text/xml »);

// Requête MySQL pour aller chercher les articles du blog
$requete = « SELECT id, date FROM blog ORDER BY date DESC »;
$resultat = mysql_query($requete);

// Écriture du fichier XML
// l’entête :
$sm =  »;
$sm .= ‘xmlns:xsi= »http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance »
xsi:schemaLocation= »http://www.google.com/schemas/sitemap/0.84
http://www.google.com/schemas/sitemap/0.84/sitemap.xsd »>’;

// Articles du blog
while ($blog=mysql_fetch_array($resultat,MYSQL_ASSOC)) {
$sm .= ‘‘;
$sm .= ‘http://votresite.com/blog?id=’.$blog['id'].’‘; // en suposant que vos pages dynamiques fonctionnent ainsi
$sm .= ‘‘.$blog['date'].’‘;
$sm .= ‘monthly‘;
$sm .= ‘ 0.7‘;
$sm .= ‘
‘;
}

$sm .=  »;

echo $sm;

Comme vous pouvez le deviner, chaque item du sitemap obéit à ce schéma :






<loc> L’emplacement exact de votre page. N’oubliez pas d’inclure le domaine (http://www.domaine.com).
<lastmod> Quand est-ce que votre page a été modifiée pour la dernière fois (ou quand a t-elle été créée). Cette donnée est préalablement stockée dans vos tables par vos scripts de blog. Vous devez fournir cette données sous un format valide W3C.
<changefreq> À quelle fréquence cette page risque t-elle d’être mise à jour? (always, hourly, daily, weekly, monthly, yearly, never). Ceci constitue un indice pour Google, la fréquence d’exploration de Google peut ne pas respecter votre commande. Et il ne sert à rien de mettre always si vous ne modifiez jamais un article une fois qu’il est publié.
<priority>

Cette donnée est un indice hiérarchique, indiquant si cette page est plus importante que d’autres, sur votre site. Cette comparaison ne s’applique pas aux autres sites. Il est inutile de mettre 1 partout, vous vous nuirez. Donnez une priorité plus haute aux pages qui vous semblent plus importantes et qui changent plus souvent

Normalement, en accédant la page sitemap.xml sur votre site, vous devriez voir votre Sitemap en format XML. Vérifiez s’il est valide, puis vous pourrez le soumettre à Google.

Bien sûr, il est possible d’améliorer ce script de plusieurs façons. Par exemple, vous pouvez stocker dans vos tables de données, dans une colonne priority, la priorité à donner à chacune des pages. Même chose pour le changefreq.

Évidemment, on se prend moins la tête avec les CMS!

Créer un Sitemap dynamique pour Joomla!

Pour ce qui est d’un sitemap pour Joomla!, vous avez à votre disposition deux composants : xMap et Joomap, les deux disponible en versions J!1.0x et J!1.5x.

Je n’ai pas essayé Joomap, mais xMap fonctionne très bien. Il existe des extensions pour la plupart des composants connus (Sobi2, Adsmanager, Community Builder, …), ce qui est indispensable. Il s’agit des deux plus connus, mais il existe d’autres composants.

Créer un Sitemap dynamique pour Drupal

Installez le module XML Sitemap pour Drupal, disponible pour Drupal 5.x.

Créer un sitemap dynamique pour WordPress

Téléchargez le plugin de Arne Brachhold, qui fonctionne très bien pour créer un Sitemap pour WordPress. Si le référencement vous intéresse, je vous invite à lire mon article au sujet du référencement sur WordPress.